Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
benoitgueuning.com

Journaliste free lance (rédacteur et photographe), je collabore avec L'Avenir du Luxembourg (pages sportives et locales), La Dernière Heure Les Sports (pages sportives, et son supplément et sa page Facebook Belgium Running) et le Vlan (éditions Ciney-Dinant et Infos & Annonces). Je vous invite notamment à retrouver ici une sélection de mes articles et les clichés.

Articles avec #histoire catégorie

Le Fort de la Chartreuse abandonné et perdu dans un écrin de verdure

Publié le 23 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Liège, Histoire, Nature, Insolite

Le Fort de la Chartreuse abandonné et perdu dans un écrin de verdure
Le Fort de la Chartreuse abandonné et perdu dans un écrin de verdure
Le Fort de la Chartreuse abandonné et perdu dans un écrin de verdure

Le parc des Ablats à Liège est un véritable écrin de verdure, dont les tonalités varient au gré des saisons et plus vert que jamais à cette période de l'année. Enfin vert, ou presque... Car un de ses "occupants", reste figé au fil du temps, ou même à l'inverse ne cesse de perdre de ses couleurs, en l'occurrence le Fort de la Chartreuse.

Situé au beau milieu du parc et couvrant plusieurs hectares, cet immense édifice domine le quartier d'Amercoeur et a été érigé il y a 200 ans ans, alors que Liège était sous le régime des Royaume-Unis des Pays-Bas. Il doit son nom à un monastère qui occupa le site, du 14e siècle à la fin du 16e siècle et la Révolution liégeoise (1789-1795). 

Mais un siècle plus tard, le fort, qui n'a jamais eu un rôle stratégique important a été déclassé. Il servira toutefois encore de caserne, faisant notamment office de prison pour les patriotes belges durant la Première guerre mondiale, puis d'hôpital militaire à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Finalement, de moins en moins utile au ministère de la Défense nationale, le Fort de la Chartreuse a été démilitarisé en 1981, et les derniers militaires l'ont quitté en 1988.

"Fresque" et végétation sauvage

Depuis lors, le fort est laissé à l'abandon et seuls subsistent ses fondations, envahies de toutes parts par la végétation. Mais si les lieux ont été abandonnés par les militaires, ils n'ont pas été délaissés pour autant.  D'autres occupants ont investi des lieux entièrement libres d'accès, qui de l'intérieur ressemblent désormais plus à une gigantesque "fresque architecturale", s'étalant à perte de vue sur des dizaines de mètres et trois étages.

Aux dessins et graffitis des militaires, se sont ajoutés ceux, au sein des innombrables et très longs couloirs à perte de vue, et d'innombrables pièces aux fenêtres, de visiteurs pour former une gigantesque "oeuvre d'art" redonnant à l'image de la végétation un peu de vie au seul béton. Que l'on apprécie ou pas. Et puis celui qui flâne peut toujours admirer depuis les fenêtres le poumon vert qu'est le parc des Ablats. Même si certains aimeraient évidemment aussi que ce lieu de l'Histoire liégeoise - qui appartient à la Ville de Liège au même titre que l'ensemble du site où des promenades ont notamment vu le jour- respire à nouveau aussi autrement.

 

 

Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama
Diaporama

Diaporama

commentaires

Découvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vu

Publié le 19 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Bruxelles, exposition, politique, histoire

Découvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vuDécouvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vu
Lors de mon massage dans le quartier européen, j'en ai également profité pour pousser la porte du Parlamentarium, le centre des visiteurs du Parlement européen.
Le Parlamentarium permet de découvrir la politique européenne sous un jour nouveau dans le plus grand centre parlementaire pour visiteurs d'Europe, de manière interactive, gratuitement et sept jours sur sept.

Parmi les nombreuses activités époustouflantes qui vous attendent, vous vous retrouverez notamment immergés dans l'hémicycle, le centre de gravité de l'action parlementaire, grâce à un écran de cinéma de 360°, apprendrez à connaître les députés européens de votre choix, ou encore effectuer un voyage virtuel à travers l'Europe.

Sachez toutefois que si l'entrée est gratuite, il vous faudra peut-être prendre votre mal en patience, sécurité oblige, avec notamment un passage à travers des portiques. Rassurez-vous toutefois, aucun passeport ne vous sera demandé pour voyager d'un pays à l'autre de l'Union Européenne!

Découvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vu
Découvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vu
Découvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vu
Découvrez le Parlement européen comme vous ne l'avez jamais vu
commentaires

Le Mur de Berlin érigé près du Parlement européen

Publié le 19 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Bruxelles, Histoire, Politique, art, Insolite

Le Mur de Berlin érigé près du Parlement européenLe Mur de Berlin érigé près du Parlement européenLe Mur de Berlin érigé près du Parlement européen

De passage dans le quartier européen à Bruxelles, j'ai dans un premier temps cru simple un graffiti ou alors une simple fresque comme il en existe un peu partout, sauvages ou pas, artistiques ou pas,...

Ce n'est qu'en m'approchant un peu plus de cette énorme pierre située dans le parc Léopold, intrigué par son aspect, que j'ai découvert qu'il s'agissait d'un pan du Mur de Berlin, pourtant détruit en 1989. Et avec dessus alignées les initiales D et R, en référence Deutsche Democratische Republieke je présume. Cette pièce originale de 3,6 mètres de hauteur se trouvait jadis sur la Potsdamer Platz à Berlin, à l’époque un no man’s land coupé en deux par le Mur.

Poursuivant ma balade dans le par Léopold, j'ai encore découvert un pan authentique de ce symbole de la division de Berlin, de l’Allemagne et de l’Europe, de 1961 à 1989. Un énorme bloc de béton portant celui-ci l'inscription "NEW WR 9.85", le record du monde du 100 m en athlétisme établi à l'époque. Pour l'anecdote, c'est d'ailleurs à Berlin que le record du monde toujours en place de l'hectomètre a été battu le 16 août 2009, par le Jamaïcain Usain Bolt, en finale des championnats du monde et dans le temps de 9 minutes et 58 secondes.
Ce "Mur de Berlin bruxellois et européen" a été dressé en 2014, à l'occasion des 25 ans de la chute du Mur, en l'honneur des victimes des régimes dictatoriaux et comme symbole de l'engagement des peuples européens pour la liberté, la paix et la démocratie.
Dix ans au préalable, le 1er mai 2004, la chute du mur avait rendu rendu possible l’unification de l’Europe orientale et occidentale au sein de l’Union Européenne.

Et Kennedy et son célèbre «Ich bin ein Berliner»

Un troisième, et non des moindres, trône depuis 2015 sur l'esplanade du Berlaymont, derrière une vitre pour dissuader les vandales. Sur celui-ci, on peut lire «Ich bin ein Berliner» (« Je suis un Berlinois »), la célèbre phrase prononcée par John Fitzgerald Kennedy, alors président des États-Unis, dans le discours qu'il prononça lors de sa visite à Berlin-Oues en 1963. Ce discours est considéré comme l'un des meilleurs de Kennedy et comme un moment fort de la guerre froide. Il avait pour but de montrer le soutien des Etats-Unis aux habitants de l'Allemagne de l'Ouest, et notamment aux Berlinois de l'Ouest qui vivaient dans une enclave en Allemagne de l'Est.

Ces trois pans font partie de la dizaine de pans du Mur de Berlin restées à Bruxelles que la capitale allemande avait prêtés, lors de la commémoration en 2009 des 20 ans de la chutes du Mur.

Le Mur de Berlin érigé près du Parlement européenLe Mur de Berlin érigé près du Parlement européen
Le Mur de Berlin érigé près du Parlement européenLe Mur de Berlin érigé près du Parlement européen
Le Mur de Berlin érigé près du Parlement européenLe Mur de Berlin érigé près du Parlement européen
commentaires

Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon

Publié le 17 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Namur, histoire, archéologie

Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon

La place du Grognon à Namur fait peau neuve ou plutôt...ancienne! Depuis plus de deux mois, les pelleteuses et les archéologues sont entrés en action, à la recherche de vestiges d'un passé richissime de 10000 ans de ce véritable berceau de Namur. Les chasseurs d'histoire ont chassé les conducteurs à la recherche d'une place de parking et les amateurs d'évènements.

Cet endroit confluent de la Meuse et de la Sambre, qui ressemble à un groin (museau d’un porc ou d’un sanglier) - traduction wallonne de « groin » -, d'où son nom de Grognon, abritera prochainement un parking sous-terrain d'une capacité de 700 places. Ainsi qu'en surface, un port numérique, comme lieu de convergence citoyenne et technologique, sorte d'ambassade de la capacité d'innovation de la ville.

D'une superficie de 5000 m2, et situé au pied de la Citadelle et devant le Gouvernement wallon, ce lieu a été occupé très tôt car il constituait un site stratégique et commercial aux ressources multiples. Et plus récemment, les bâtiments qui s'y érigeaient encore ont été démolis pour motif d’insalubrité et d’amélioration de la circulation, vers 1970.

Depuis lors, le Grognon a fait l’objet de multiples projets de reconstruction et d’affectation, sans jamais déboucher sur un consensus.  Des fouilles avaient déjà été menées au cours des années 90, afin surtout de sortir de terre des traces de l'époque romaine. Elles avaient notamment révélé le premier rempart en pierre longeant la rive de la Meuse, datant de la fin du Xe siècle, mais également des ossements sur un lit d’argile, d'un Namurois ayant vécu au 1e siècle avant notre ère.

Jusqu'à 8 mètres de profondeur

Cette fois-ci, les archéologues concentrent leur curiosité sur le côté Sambre, qui n'a jamais fait l'objet de recherches du genre. Même s'il ne s’agit en réalité encore que de fouilles préalables aux recherches archéologiques proprement dites qui débuteront à l’automne, celles-ci ont déjà permis de mettre à jour des pavés du XIXe siècle, des caves du XIIe siècle, mais aussi des constructions récentes des années 50. Ces fouilles jusqu'à 8 mètres de profondeur, ont aussi et surtout pour but de comprendre la sociologie de ce quartier qui vivait du commerce avec la Sambre et la Meuse à côté.

Ces premières fouilles côté Sambre se termineront lorsque les pieux nécessaires à l’installation du parking d'une capacité de 700 places seront dressés, en été. Nul doute que d'ici là les Namurois auront vu surgir à la surface du Grognon d'autres étonnantes traces de leurs ancêtres qui n'en finissent pas de révéler leurs secrets.

 

 

 

Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon
Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon
Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon
Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon

Plus d'infos: www.archeogrognon.be

commentaires

Un Grande Manneken Pis rend hommage aux victimes du crash d'avion de la Torino

Publié le 11 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Sport, football, tourisme, histoire, Insolite

Le plus célèbre des ket, Manneken Pis, a abandonné sa nudité afin de rendre hommage au club de football italien de la Torino, quarante-huit ans après la tragédie que frappa la Granata le 4 mai 1949. Ce jour-là, pas moins de 31 personnes, parmi lesquelles 10 joueurs titulaires en équipe nationale, perdirent lors d'un crash d'avion, sur les hauteurs de Turin, au retour de Lisbonne.

Quintuple championne d'Italie, "en titre" même, avec cinq triomphes consécutifs dans le Calcio (1943, 1946, 1947, 1948 et 1949), le Grande Torino était à l'époque considérée ni plus ni moins comme la plus grande équipe de football de l'époque. Seuls deux stars, de la Torino avaient échappé au drame. Et pour cause, Sauro Tomà n'avait pas effectué le déplacement pour cause de blessure, et avait renoncé au déplacement à cause de la mauvaise santé de son fils.

Depuis lors, les hommages se multiplient un peu partout dans le monde, à l'image donc de celui que lui a rendu Manneken Pis, qui a donc revêtu la tunique grenat. Et ce en la présence de nombreux fans du Torino, mais aussi du Standardman et ancien diable rouge Jean-François Gillet, qui défendit les buts du Torino de 2012 et 2015. Les supporters présents n'ont d'ailleurs pas pas oublié Gillet, scandant son nom avec un accent bien du sud.

Si la rivalité est souvent très grande entre deux clubs d'une même ville, on a aussi vu des supporters de la Juventus de passage à Bruxelles, certes un peu chambrant mais dans le bon sens du terme, applaudir leurs "voisins" Torino. Le ket aura aussi apprécié!

 

Vous trouverez mes clichés sur: https://photos.google.com/share/AF1QipNYjmeVIvtQVGuvHeOslK5OcCq-0zpVsiat1LAOJVlG6-2xiUa2nhXLjwKO6NSuBQ?key=c19aZFpkTXFMbExPaU1mRnRGX3V2RHBLdG1MM0pR

 

 

 

Benoît GUEUNING

Plus d'infos sur le célèbre ket: www.manneken-pis.be

commentaires