Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
benoitgueuning.com

Journaliste free lance (rédacteur et photographe), je collabore avec L'Avenir du Luxembourg (pages sportives et locales), La Dernière Heure Les Sports (pages sportives, et son supplément et sa page Facebook Belgium Running) et le Vlan (éditions Ciney-Dinant et Infos & Annonces). Je vous invite notamment à retrouver ici une sélection de mes articles et les clichés.

Articles avec #namur catégorie

Horticulteur de la couleur

Publié le 17 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Namur, art

Horticulteur de la couleur

Quoi de mieux que la couleur... pour retrouver des couleurs? Victime d’un accident de la circulation alors qu'il était âgé de 12 ans à peine, l'artiste namurois Olivier Dumont a vaincu la dépression en se découvrant une passion pour le dessin, puis la peinture. 

Pourtant, durant très longtemps, Olivier Dumont a refusé de montrer ses œuvres plusieurs, de peur qu’on lui arrache une partie de lui-même. Jusqu'à... A un point tel que ses créations, certes un petit échantillon parmi plus d'un millier, ont envahi la célèbre galerie du Beffroy à Namur.

Nécessité vitale pour cet artiste né en 1971, sa production s’articule souvent en séries parcourues de strates colorées, de cibles multicolores, d’écritures vibrantes où la légèreté aérienne alterne avec la puissance de zones très bigarrées. Les formes et les couleurs résolument placées se retrouvent transcendées dans les œuvres sur toiles. L’artiste y fait défiler des foules, des masques, qui nous interrogent de leurs grands yeux. Son art interpelle, questionne, parle ou crie. Les toiles d'Olivier Dumont sont extrêmement lucides et dénoncent un monde le plus souvent erratique.
Le galerie du Beffroy vous invite à contempler les oeuvres, dont aussi certaines de ses chaussures, oui oui, de cet artiste autodidacte à la démarche très originale et au pinceau aux poils multicolores et spontanés, jusqu'au 28 mai inclus. Après quoi Olivier Dumont continuera encore et toujours à colorer ses toileshttps://www.artmajeur.com/fr/artist/olidumont, véritables respirations qui colorent sa vie.
 

 

Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur
Horticulteur de la couleur

https://www.artmajeur.com/fr/artist/olidumont

 

commentaires

Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon

Publié le 17 Mai 2017 par Benoît Gueuning dans Namur, histoire, archéologie

Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon

La place du Grognon à Namur fait peau neuve ou plutôt...ancienne! Depuis plus de deux mois, les pelleteuses et les archéologues sont entrés en action, à la recherche de vestiges d'un passé richissime de 10000 ans de ce véritable berceau de Namur. Les chasseurs d'histoire ont chassé les conducteurs à la recherche d'une place de parking et les amateurs d'évènements.

Cet endroit confluent de la Meuse et de la Sambre, qui ressemble à un groin (museau d’un porc ou d’un sanglier) - traduction wallonne de « groin » -, d'où son nom de Grognon, abritera prochainement un parking sous-terrain d'une capacité de 700 places. Ainsi qu'en surface, un port numérique, comme lieu de convergence citoyenne et technologique, sorte d'ambassade de la capacité d'innovation de la ville.

D'une superficie de 5000 m2, et situé au pied de la Citadelle et devant le Gouvernement wallon, ce lieu a été occupé très tôt car il constituait un site stratégique et commercial aux ressources multiples. Et plus récemment, les bâtiments qui s'y érigeaient encore ont été démolis pour motif d’insalubrité et d’amélioration de la circulation, vers 1970.

Depuis lors, le Grognon a fait l’objet de multiples projets de reconstruction et d’affectation, sans jamais déboucher sur un consensus.  Des fouilles avaient déjà été menées au cours des années 90, afin surtout de sortir de terre des traces de l'époque romaine. Elles avaient notamment révélé le premier rempart en pierre longeant la rive de la Meuse, datant de la fin du Xe siècle, mais également des ossements sur un lit d’argile, d'un Namurois ayant vécu au 1e siècle avant notre ère.

Jusqu'à 8 mètres de profondeur

Cette fois-ci, les archéologues concentrent leur curiosité sur le côté Sambre, qui n'a jamais fait l'objet de recherches du genre. Même s'il ne s’agit en réalité encore que de fouilles préalables aux recherches archéologiques proprement dites qui débuteront à l’automne, celles-ci ont déjà permis de mettre à jour des pavés du XIXe siècle, des caves du XIIe siècle, mais aussi des constructions récentes des années 50. Ces fouilles jusqu'à 8 mètres de profondeur, ont aussi et surtout pour but de comprendre la sociologie de ce quartier qui vivait du commerce avec la Sambre et la Meuse à côté.

Ces premières fouilles côté Sambre se termineront lorsque les pieux nécessaires à l’installation du parking d'une capacité de 700 places seront dressés, en été. Nul doute que d'ici là les Namurois auront vu surgir à la surface du Grognon d'autres étonnantes traces de leurs ancêtres qui n'en finissent pas de révéler leurs secrets.

 

 

 

Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon
Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon
Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon
Les chasseurs d'histoire en action sur la place du Grognon

Plus d'infos: www.archeogrognon.be

commentaires